L’anatomie d’un crochet, et les critères à considérer pour choisir le meilleur crochet pour VOUS !

L’anatomie d’un crochet, et les critères à considérer pour choisir le meilleur crochet pour VOUS !

 


” Je n’aurais jamais cru qu’il y aurait autant de différences entre des crochets ! Quand j’avais besoin d’un crochet, je rentrais juste dans une mercerie et prenais le crochet de taille dont j’avais besoin, sans rien regarder d’autre… Mais maintenant je vais y regarder à deux fois !”

” Je ne sais même pas avec quoi je crochète… des crochets qui traînaient ça et là, d’autres achetés au hasard quand il me manquait une taille ou que j’en avais paumé quelque part…” 

Ca vous parle ?

On ne le réalise pas toujours au départ, pourtant des crochets il en existe une variété incroyable. Certains sont en bois, d’autres en métal ou en bambou, d’autres encore en plastique ou en résine.
Certains sont assez “basiques” tandis que d’autres sont équipés de manches ergonomiques ultra design.
Et puis quand on y regarde de plus près, on remarque des différences entre les différents crochets, au niveau de leur poids, de leur longueur, mais aussi de la forme de la tête du crochet…

Je vous emmène donc à la découverte de l’anatomie d’un crochet, et de tout ce qui peut être différent d’un crochet à l’autre…

Pour commencer, regardons les différentes parties d’un crochet, et les différences qu’on peut trouver de l’un à l’autre:

1/ La tête

La tête d’un crochet regroupe en fait plusieurs parties:

La pointe est vraiment l’extrémité d’un crochet, qui va permettre de piquer dans une maille. Suivant les crochets, on peut avoir une extrémité très pointue, très plate.. et tous les intermédiaires.
Pour piquer dans des mailles pleines ou très resserrées, un crochet très pointu est appréciable.
En revanche pour crocheter des points de dentelle très aériens, un crochet à tête plate évitera d’accrocher les fils trop souvent.

Vient ensuite la gorge d’un crochet: c’est l’ouverture qui permet de retenir le fil. Plus la gorge est profonde, plus le fil y sera profondément ancré sans risque d’en ressortir au mauvais moment.
Quand on utilise un crochet assez fin pour une laine plus épaisse que d’habitude (par exemple pour les amigurumis, ou des projets crochetés très denses exprès comme des chaussons), ça peut très vite devenir énervant: le fil ressort souvent de la gorge et qu’il faut recommencer sa maille 2 ou 3 fois de suite…

Le dessus de la gorge est composée d’une lèvre (le rebord de l’ouverture) qui peut là aussi être assez arrondie et douce, ou au contraire très biseautée, voire coupante sur certains anciens crochets de ma collection personnelle. Sur certains crochets en bois, si le bois s’abîme cette lèvre peut accrocher le fil, ce qui est très désagréable.

Enfin, il existe 2 types de tête sur les crochets: la forme “alignée” (inline, comme le rouge ci-dessus) et fuselé (tapered, comme le jaune ci-dessus), selon si la tête du crochet est de même diamètre que la gorge ou non.
Les crochets Susan Bates sont un peu l’archétype des crochets inline (mes petits chouchous persos). Je trouve qu’ils sont plus précis et donnent des mailles plus régulières. Mais il semble que ce point soit sujet à discussion suivant les sources.. A vous donc de tester les deux pour vous faire votre opinion!

2/ La tige

La tige (shaft) d’un crochet est la partie qui mesure exactement le diamètre prévu d’un crochet – soit 5 mm pour un crochet 5- située donc après la gorge (souvent creusée, donc de diamètre inférieur) et avant le manche ou repose-pouce.

Suivant les crochets, cette partie peut être assez courte ou bien plus longue, comme on le voit sur la photo ci-dessus.
Et si la majorité des crochets disposent d’une tige de diamètre uniforme sur une longue section, certains voient leur tige s’évaser progressivement pour rejoindre le manche de façon harmonieuse.

 

Ces critères vont avoir une influence sur la manière d’utiliser chacun de ces crochets:

Un manche trop court et vous aurez du mal à crocheter certains points nécessitant de stocker plusieurs boucles sur le crochet (coquilles, diminutions de plusieurs brides, point Bullion…).

Les manches qui s’évasent, s’ils sont esthétiques, vous compliqueront peut-être la tache pour ce qui est de crocheter des mailles ultra régulières.

3/ Le manche


Un crochet avec ou sans manche ergonomique ? On trouve de tout !

Des crochets très efficaces sans manche, d’autres avec manches ergonomiques très discrets, ou carrément ultra-design, voir limites énormes.

Bien sur, c’est un critère qui intéressera notamment les personnes ayant des problèmes articulaires, la présence d’un manche ergonomique permettant une meilleure prise en main.

Mais il faut aussi prendre en compte le poids que représente l’ajout de ce manche.

Comme dit Miss ConfitureAlaMure: “Le défaut, c’est leur poids. Sur les petits numéros on est nullement gêné, mais dès qu’on dépasse un numéro 6, ça commence à faire lourd dans les mains entre le poids du crochet et le poids du manche.”

Selon la position du crochet dans votre main, certaines formes de manches ergonomiques vont convenir ou pas du tout.  


Y compris avec la présence d’un repose-pouce (thumb rest): Si cela correspond à votre façon de tenir le crochet, le repose-pouce est à la fois très agréable et une manière d’éviter que le crochet tourne dans la main, avec obligation après de forcer plus pour le maintenir en place.

En revanche pour d’autres personnes qui tiennent leur crochet d’une autre manière (sur ce point là, les possibilités sont infinies !), ce repose-pouce est plus gênant qu’autre chose.

4/ Bois, métal, plastique ou bambou… Quel crochet pour quelle usage ?

Je laisse maintenant la parole à Confiturealamure, grande prêtresse es technique en crochet (elle enseigne le crochet à Bordeaux et aux Abilympics, pour lesquels elle était aussi Juge international dans la catégorie Crochet). 

Contrairement à moi, elle adore découvrir et tester de nouveaux points et techniques, comme le crochet tunisien ou le point étoile.. (voir son tuto pour découvrir ces points), et était donc la personne idéale pour parler des types de crochets à privilégier suivant les usages !

Crocheter des napperons ou de la dentelle fine

  • crochet 1.5 ou 2 mm acier, type Clover Amour + Fil de type cordonnet DMC n°5 : La présence d’un manche rend la préhension plus agréable. Le crochet étant très fin, la main fatiguerait très vite à tenir un manche si fin sans manche ergonomique.

Crocheter des Amigurumis, ou des couvertures/plaids du type Sophie’s Universe avec une très grande variété de points différents

  • crochet 3 ou 3.5 mm acier, type CLover Amour + coton DMC Natura ou équivalent: Comme pour les napperons, la finesse du crochet nécessite un manche pour le tenir bien en main. Pour les amigurumis, la tête du crochet peut être plus ronde étant donné qu’on ne crochète qu’en mailles serrées.
Crocheter des châles ou des écharpes

  • crochet 3 ou 3,5 mm en bambou + laine fine dentelle, grosseur “lace”: le bambou permet de “retenir” un peu le fil dentelle très fin. On crochète les châles dentelle en déjaugé, c’est à dire qu’on utilise un crochet beaucoup plus gros que préconisé (3.5 au lieu de 2)
  • crochet 4 mm acier, type Clover Amour + laine fine, grosseur “fingering”: même si on est en fingering, c’est à dire laine à chausettes qui contient généralement du nylon ou du polyamide, on n’a pas besoin d’un crochet en bambou car ce type de laine “accroche” déjà suffisamment. Un crochet à tête bien pointue peut aider.
  • crochet 7 mm en bambou + fil de mohair fin: Comme pour la lace, le bambou est essentiel pour éviter au mohair de glisser intempestivement sur le crochet et qu’on perde sa maille. Et pour rendre toute la beauté du mohair, on le crochète en déjaugé pour lui laisser toute la place de s’exprimer… Comme sur le châle Confituraumangoustan ci-dessus.

Crocheter des vêtements (pulls, gilets..)

  • crochet 5,5 mm en métal, de type Susan Bates ou Tulip Etimo + laine de grosseur “worsted weight”: Pour ce genre d’ouvrages, composé essentiellement de succession de brides, on a besoin d’un crochet qui va vite, avec une tête profonde qui retient bien les mailles et qui permet d’enchaîner les brides sans vraiment regarder ou réfléchir. A partir du 5 mm, le crochet commence à peser un peu. Si on opte pour un crochet ergonomique, attention au poids du manche.
Crocheter des panières ou des tapis
  • crochet 10 mm en plastique du type Clover Amour ou Prym ergonomics + fil de type DMC Hooked: Attention à ce fil très épais, assez traumatisant pour les mains. Il faut trouver un équilibre entre la glisse et le poids du crochet. Un crochet qui glisse bien est préférable à un crochet en bambou qui va retenir le fil. Sur les crochets très gros, la poignée est indispensable pour bien le tenir en main. Il faut imaginer qu’on se rapproche plus du tournevis que du crochet !

Autres crochets: les cas particuliers

  • crochets tunisiens interchangeables de toutes grosseurs: ils sont parfaits pour tous les ouvrages en crochet tunisien (comme la TrousseAuXcrochetS ci-dessus), mais aussi pour relever des mailles sur n’importe quel ouvrage au tricot: il suffit juste de laisser les mailles relevées sur le cable puis de visser des embouts “auiguilles à tricoter” à la place du crochet tunisien
  • le “Knook” est un mix entre crochet et aiguille à coudre. Il existe en plusieurs tailles et c’est l’arme absolue pour crocheter le point de poste, ou point de bullion.
**************************************
 
Voilà, j‘espère que toute cette série sur les crochets vous en aura appris un peu plus sur les différences entre tous les crochets, & vous donnera une meilleure idée des paramètres à prendre en compte pour choisir les meilleurs crochets pour vous et votre pratique de ce bel art qu’est le crochet !
 * * Pour ne rien rater de mes prochains PATRONS et TUTOS, abonnez-vous à la Newsletter * * *

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *