Atelier filage: de la toison au fil à tricoter, toutes les étapes de la transformation de la laine !

Atelier filage: de la toison au fil à tricoter, toutes les étapes de la transformation de la laine !

Sur la demande de M.B. et F. souhaitant découvrir toutes les étapes de la transformation d’une toison à un fil à tricoter, nous avons programmé une journée d’atelier.

Au programme:

  • parler du lavage des toisons, en comparant de la toison brute avec des toisons lavées
  • toucher et comparer des fibres de tous horizons (moutons rustiques ou fibres mérinos très fines, fibres locales ou du monde entier, chèvres mohair, lama, nappes cardées ou rubans peignés..)
  • s’essayer au cardage, tant aux cardes à main qu’à la cardeuse à rouleaux
  • découvrir la technique et les gestes du filage, d’abord au fuseau à fusaïole haute, puis au rouet
  • essayer d’affiner sa technique de filage au rouet pour “sentir” le geste et améliorer la régularité de ses fils
  • expérimenter le filage de fibres différentes et de modes de préparation différentes
  • enfin, faire un retord de base des fils filés ce jour, en faire un écheveau et parler de la mise en forme finale des filés main.

 

Nous avons donc débuté par le filage au fuseau. Discuté du principe de base du filage: étirer les fibres et leur donner de la torsion, pour obtenir un fil beaucoup plus résistant que ses fibres n’en ont initialement. Comme d’habitude nous avons utilisé une méthode permettant de décomposer chaque étape du filage au fuseau, afin de pouvoir se concentrer sur chaque étape: faire tourner le fuseau, le bloquer pour qu’il ne reparte pas dans l’autre sens, étirer les fibres, laisser remonter la torsion, enrouler le fil… puis recommencer !

Puis hop, nous sommes passées au filage au rouet. Si le principe est le même, tout va plus vite et il faut arriver à ralentir les gestes, coordonner le rythme des pieds et des mains. Pas évident au départ!

Un petit interlude pour discuter des fibres, et regarder plus en détail une toison “brute” (à gauche) avec de la toison lavée. S’il reste quelques morceaux de paille ou divers débris végétaux, les différences en terme d’odeur et de couleur sautent aux yeux ! Au toucher aussi la toison brute est très grasse. Après avoir détaillé les étapes du lavage, parlé suint et lanoline.. ces dames ont décliné mon offre de s’y essayer ! 😉

A la place, nous avons sorti les cardes à main pour s’atteler au cardage, justement de cette toison lavée (du mouton Texel, merci Heike !) Opération très physique, on n’en a que plus de respect pour nos aieules qui faisaient cela à longueur de journée.

Le filage au rouet continue (si si, on a fait une pause déjeuner bien agréable au milieu, je ne me rappelle juste plus à quel moment..), en changeant de fibres: après les fibres courtes de la nappe cardée de Bizet, passé au ruban peigné de fibres un peu plus longues du Falklands, puis la noire du Velay, et une autre nappe cardée colorée…

Après les cardes à main, la cardeuse à rouleaux est plus “fun” !! M.B. s’est lancée dans des mélanges de couleurs et de textures, avec une jolie petite assistante pour tourner la manivelle !
Ah ce moment où l’on décroche la nappe de la cardeuse en découvrant ces explosions de couleurs..

Cette même nappe cardée passe tout de suite à l’étape suivante, sur le rouet. L’occasion de sentir comme chaque fibre mélangée dans cette nappe réagit différemment lors du filage, plus glissante ou au contraire plus “collante”.. Le fil produit est magnifique façon “art yarn”, mais bien sur il bien plus difficile d’en faire un fil lisse et régulier !

F. quant à elle reste plus sobre dans ses choix de fibres, afin de favoriser un filage plus régulier, avec du Falklands blanc et quelques méches de Mohair teintées en pêche et vert pomme. Le rendu, plus délicat, sera aussi surement superbe.

Enfin pour terminer cette journée, chacune a pu pratiquer un peu le retors de leurs premiers filés main. Là encore, il faut prendre le coup de pédaler dans l’autre direction, habituer ses mains à un nouveau geste… Mais la satisfaction est grande de voir en 2 temps et 3 mouvements ce joli fil si régulier !

On l’enroule ensuite sur le mandrin pour en faire un bel écheveau, avant de finir le processus avec un bon bain et le séchage des écheveaux.

Bravo mesdames et merci pour cette belle journée en votre compagnie !!!

——-
Si vous aussi vous souhaitez découvrir ces techniques de filage au fuseau/rouet, ainsi que les étapes de la transformation d’une toison et le cardage, n’hésitez pas à me contacter pour en parler, et regardez le Programme des Ateliers 2015/2016 !
——-

Liens et infos techniques:
– Mon rouet est un “Bliss” de Woolmakers
– Ma cardeuse est une “Hero” de Woolmakers
– Mes cardes à main et fuseaux (modèle “student”) sont de chez Ashford
– Les laines utilisées: nappe cardée beige de laine locale “Bizet” du Trièves, nappe cardée marron/noire de “Noire du Velay”, ruban peigné très blanc de laine “Falklands”.
– On trouve du matériel de filage et des fibres chez Alysse créations et Tricotin, entre autres…

+ de Compte-rendus d’ateliers Filage de la Laine
 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *